02 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 01 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 02 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 03 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 04 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 05 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 06 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à

Notre-Dame de Pontmain dans le parc de la communauté

Notre-Dame de Pontmain
Notre-Dame de Pontmain

Dans les jardins de la communauté une petite chapelle est érigée en hommage à Notre-Dame de Pontmain.

La notoriété de Notre-Dame de Pontmain vient de l’événement du 17 janvier 1871 : ce jour-là, le ciel s’est ouvert, et Marie a visité un petite peuple dans l’angoisse. Pendant trois heures s’est déroulée dans le ciel une étonnante scénographie que les enfants éblouis ont décrite aux gens du village, rassemblés autour des voyants pour une veillée de prière en présence de Marie.
Pontmain, après La Salette (1846) et Lourdes (1858), est l’une des trois grandes apparitions mariales reconnues par l’Eglise dans la France du 19ème siècle.

Un rapide Historique
Pontmain, le 17 janvier 1871. II fait nuit. II fait froid. La France est en guerre. Paris est assiégé. Les Prussiens, vainqueurs, sont aux portes de Laval. A Pontmain, c'est l'angoisse : on est sans nouvelles des 38 jeunes mobilisés. Ce soir-là, Eugène Barbedette aide son père à piler les ajoncs dans la grange. Son jeune frère, Joseph, est là aussi. Eugène sort "voir le temps".

Notre-Dame de PontmainC'est alors qu'il voit au-dessus de la maison d'en face une belle dame à la robe constellée d'étoiles qui le regarde en souriant et en tendant les mains en avant. Les villageois accourent vers la grange. D'autres enfants voient à leur tour. Un ovale bleu avec quatre bougies éteintes vient entourer la Belle Dame. Autour de Monsieur le Curé et des religieuses de l'école s'organise une veillée de prière.

On récite le chapelet, puis le Magnificat, quand une banderole se déroule entre l'ovale et le toit de la maison. Lettre après lettre, un message s'inscrit, aussitôt épelé et lu par les enfants, pendant que la foule chante les litanies de la Sainte Vierge, l'Invioiata et le Salve Regina.
 

MAIS PRIEZ MES ENFANTS DIEU VOUS EXAUCERA EN PEU DE TEMPS • 
MON FILS SE LAISSE TOUCHER

La ferveur grandit et les enfants manifestent leur joie : "Oh ! Qu'elle est belle !" On chante Mère de l'Espérance. Soudain les enfants deviennent tout tristes alors que le visage de Marie est empreint lui aussi d'une profonde tristesse.

Marie montre Jésus
Une croix rouge apparaît devant elle portant Jésus tout sanglant. Au sommet de la Croix, sur une traverse blanche, s'écrit en rouge le nom de Celui qui est là : JESUS CHRIST. Marie saisit le crucifix à deux mains et le présente aux enfants tandis qu'une petite étoile allume les quatre bougies de l'ovale. On prie en silence. On chante Ave Maris Stella. Le crucifix rouge disparaît. Marie reprend l'attitude du début, les mains tendues dans un geste d'accueil. Une petite croix blanche apparaît sur chacune de ses épaules. Tout le monde s'agenouille dans la neige pour la prière du soir. Bientôt un grand voile blanc se déroule à partir des pieds et peu à peu la recouvre entièrement. « Tout est fini » disent les enfants. Chacun retourne chez soi le coeur apaisé. Onze jours plus tard l'armistice est signé. Les Prussiens n'étaient pas entrés à Laval.

Des grâces de toutes sortes sont obtenues. Après une enquête et un procès canonique, l'évêque de Laval, Mgr Wicart, déclare le 2 février 1872 : « Nous jugeons que l'Immaculée Vierge Marie, Mère de Dieu, a véritablement apparu le 17 janvier 1871, à Eugène et Joseph Barbedette, Françoise Richer et Jeanne-Marie Lebossé dans le hameau de Pontmain. »

lien externe Site du sanctuaire Notre-Dame de Pontmain

Vidéo réalisée à Notre-Dame de Pontmain